Portrait de Jean-Pierre MEZURE, Délégué Régionale de l’Occitanie

Pourquoi êtes-vous devenue bénévole? (vos motivations)

Trop de bénévoles sont oubliés pour les actions qu’ils mènent, il est important de pouvoir promouvoir les récompenses de la Fondation pour les proposer ces obscurs, ces sans grades dont la serviabilité à tout moment se doit d’être honorée. Un jour j’ai reçu une distinction sans rien demander j’ai mis en pratique ce regard vers les autres. Le monde associatif est un terrain où l’action étatique s’arrête, c’est alors que le bénévole intervient et souvent prendre l’initiative là rien n’a été prévu. La richesse est plus de donner que de recevoir.

Votre définition du bénévolat

Le bénévolat se réalise le plus souvent soit en équipe spontanément par l’entraide dans les événements catastrophiques soit de façon continue au sein d’associations avec une feuille de route préétablie. Celles-ci vont définir l’objectif social à atteindre et l’action ne prendra naissance que par la réalisation humaine sans esprit  d’en tirer profit. Le seul bénéfice est la satisfaction de voir le bien qui a pu être réalisé.

Votre meilleur souvenir ?

Avoir réalisé et soutenu les sauveteurs bénévoles dans le contexte d’AZF à Toulouse lorsque j’étais responsable de parents d’élèves, avoir contribué à la mise en place d’actions sportives diplômantes pour les jeunes et provoquer la cohésion par l’émulation. Avoir mené des actions au profit des Blessés de la Police et de l’Armée de terre. Avoir pu provoquer des récompenses à des bénévoles trop discrets.

 Que diriez-vous a  quelqu’un qui hésite a s’engager ?

Ne pas s’engager c’est omettre de découvrir l’autre, c’est aussi vivre dans l’isolement, dans l’absence de dialogue. De la discussion surgit l’idée, en particulier celle à laquelle on n’a pas pensé. L’engagement permet ce dialogue c’est pour cela que nous avons un regard, une écoute, une voix autant de sens fait pour aller vers les autres. La finalité de l’engagement est la satisfaction d’avoir fait ce bien qui se découvre dans le regard de l’autre.

 

 

Pin It on Pinterest