SOCIETE PROTECTRICE DES ANIMAUX

REFUGE DE LA MAYENNE

La SPA – Société Protectrice des Animaux – est apparue en décembre 1845. C’est la première association française qui défend les droits des animaux et œuvre pour leur protection à l’initiative de Pierre Dumont de Monteux. En France, on dénombre 260 refuges dispersés dans les différents départements.

Nous avons eu la chance de rencontrer et interviewer le refuge de la Mayenne SPA53. Basé à Laval (auparavant à l’Huisserie), c’est le 7 mars 1949, que ce refuge a été créé à l’initiative d’habitants de la Mayenne ainsi que des vétérinaires de la ville.

De plus, l’association SPA53 n’est pas seulement agrée en tant que refuge par la préfecture de la Mayenne, elle s’est aussi vu attribuer le titre de “fourrière départementale”.

Son objectif principal est le bienêtre animal, et pour y participer, l’association accueille des chats et chiens en divagation ou abandonnés par leur maître. Les animaux sans maitre sont mis à l’adoption dans leurs locaux.

C’est avec l’aide de ses 150 adhérents et sa cinquantaine de bénévoles que fonctionne l’association. Par ailleurs, ces bénévoles organisent régulièrement des promenades pour les chiens du refuge. Chaque bénévole est libre de s’organiser comme il le souhaite afin de réaliser les sorties des canidés.

SPA DE LA MAYENNE – LAVAL

Ces promenades s’effectuent soit au sein du complexe de l’association (au moins une fois par jour), ou à l’extérieur du complexe avec le chemin qu’aura alors choisi le bénévole.

En plus de l’aide de ses membres bénévoles, la SPA 53 obtient aussi de l’aide de ses donateurs. Les donateurs sont stimulés par la défense de la cause animale. Ils participent aussi régulièrement à l’achat de nourriture, participent a l’accès aux soins de animaux et aident a combattre la maltraitance animale.

Un des membres de l’association Jean-Pierre Morin Coprésident de la SPA53 – nous fait d’ailleurs partager son ressenti là-dessus. Pour lui, s’engager pour une telle cause permet vraiment de se sentir utile, de sentir aussi l’amour des animaux et même parfois de se détacher du côté “humain”.

Interview par Alice JAGLIN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *